Une nouvelle Présidente pour PEFC France !

Le Conseil d’administration de PEFC France a nommé Christine de Neuville en tant que nouvelle présidente de l’association. Mme de Neuville succède à Marc-Antoine de Sèze, qui occupait cette fonction depuis huit ans.

Une passionnée de la forêt

Âgée de 58 ans, Christine de Neuville est originaire de la Haute-Vienne. Son double cursus Droit-Histoire l’a menée d’abord dans les structures agricoles (bovines et capines), puis dans l’enseignement.  En 1989, elle s’engage en politique et est élue conseillère municipale de Vicq-sur-Breuilh (Haute-Vienne), avant de devenir maire de la ville en 2001. Elle est alors la première femme à la tête de cette commune rurale.

Déjà très investie dans le développement rural sous tous ses aspects, la tempête de 1999, qui a sévèrement abimé la propriété forestière familiale, a provoqué chez Christine de Neuville une prise de conscience en faveur de la forêt. Depuis cette date, elle est active dans les structures forestières Fransylva, CRPF et PEFC France (au titre de Fransylva). Présidente de PEFC Limousin durant plusieurs années, elle est actuellement à la tête de PEFC Nouvelle-Aquitaine. Depuis le 26 septembre 2018, elle est la nouvelle Présidente de PEFC France.

Une approche pragmatique de la gestion durable de la forêt

Christine de Neuville aborde son mandat avec volontarisme et détermination : « PEFC doit être compris par les sylviculteurs et toute la filière comme un outil à leur service pour répondre à une demande sociétale, environnementale et économique », et d’ajouter « PEFC est un ensemble de règles consensuelles, sinon elles ne sont pas efficaces, et progressives car nous promouvons une amélioration continue. De ces efforts vers l’amélioration, nous devons être fiers ! ».

Des mesures contre l’utilisation de glyphosate en forêt

Parmi ses premières actions Christine de Neuville souhaite agir sur le sujet du glyphosate et rappelle que « l’utilisation excessive du glyphosate en forêt en lieu et place du gyrobroyeur est complètement contraire à nos exigences et, de plus, jette l’opprobre sur toute une profession qui dans sa très grande majorité a complétement abandonné ces pratiques. »

Ainsi, plusieurs décisions à l’égard de l’utilisation du glyphosate en forêt ont été prises en Conseil d’administration de PEFC France le 26 septembre 2018 :

  • En application des règles de certification PEFC (PEFC/FR ST 1002: 2016 – Article 6.1.5.2.3.3), les EAC régionales potentiellement concernées vont diligenter des contrôles sur les parcelles dont elles ont connaissance de doutes sur le respect des engagements du propriétaire concernant l’utilisation excessive et frauduleuse de glyphosate.
  • Si ces contrôles révélaient un non-respect du cahier des charges, PEFC émettrait des propositions d’actions correctives puis procèderait aux exclusions nécessaires.
  • PEFC invite les associations et particuliers qui auraient connaissance de pratiques contraires aux exigences de PEFC à déposer une plainte auprès de Entités d’Accès à la Certification PEFC dans chaque région.
  • Quoiqu’il en soit, PEFC dispose d’une procédure publique de traitement des plaintes. À tout moment et en toute circonstance, toute personne respectant cette procédure (notamment en documentant ses propos) peut déposer une plainte à l’EAC de sa région. Cette plainte doit être instruite par l’EAC qui est elle-même auditée chaque année par un organisme de contrôle extérieur et indépendant.

Une réflexion plus globale sur l’utilisation des produits phytosanitaires

Le Conseil d’Administration a également validé l’ouverture d’une réflexion sur l’utilisation de produits phytosanitaires en forêt telle qu’elle résulte des standards actuels de PEFC France. Ce travail sera entrepris dans la stricte application des procédures de révision des standards incluses dans les règles de PEFC.