Avantages et bonnes pratiques du chauffage au bois

Choisir le chauffage au bois permet de faire des économies tout en privilégiant une énergie verte. Le choix d’un bois local et certifié PEFC, garantie de la gestion durable des forêts, permet de consommer de façon responsable : soutien à l’emploi local, préservation des fonctions écologiques, économiques et sociales des forêts. Il y a trois combustibles bois sur le marché : les bûches, les plaquettes forestières, les granulés de bois (ou pellets).

Un chauffage économique

Même utilisé en chauffage d’appoint, le bois est économique ! Il permettrait d’économiser près de 40 % de la consommation électrique liée au chauffage. Dans un contexte de hausse des tarifs du gaz et de l’électricité, le chauffage au bois se développe : aujourd’hui 7 millions de foyers français sont équipés d’appareils adaptés. Des crédits d’impôts et des aides régionales encouragent l’achat d’appareils de chauffage d’appoint.

Un chauffage vert

Faire le choix du bois évite la consommation de gaz, de charbon ou de fioul qui émettent beaucoup plus de CO2 que le bois et se raréfient.

Les énergies fossiles beaucoup plus émettrices de CO2
Selon l’ADEME, pour 1 kWh utile, le chauffage aux bûches émet 40 g de CO2, contre 222 g de CO2 pour le gaz, et 466 g pour le fioul. Le chauffage électrique émet lui en moyenne 180 g de CO2 pour 1 kWh utile.

Comparé à ces énergies, le chauffage au bois, et notamment par plaquettes forestières, est largement plus performant sur le plan environnemental : moins d’émissions de CO2, mais aussi utilisation de sous-produits et de déchets de la filière bois, qui connaissent alors une deuxième vie. De plus, la nouvelle génération d’appareils de chauffage réduit les émissions polluantes et préserve la qualité de l’air.

Plaquettes, bûches, granulés : lequel choisir ?

Les plaquettes forestières sont la solution la moins chère et la plus verte pour se chauffer au bois énergie. Viennent ensuite les bûches, puis les granulés. Le bilan environnemental des granulés est moins bon que celui des plaquettes et des bûches, en raison de leur conditionnement dans des emballages en plastique afin de permettre aux ménages un stockage facile et peu encombrant.

  Composition Bénéfices environnementaux Coût en 2009
Plaquettes forestières Bois déchiqueté inexploitable pour la construction.

– 33 g de CO2 émis pour 1 kWh utile

– 0,07 kWh d’énergie non renouvelable consommée pour 1 kWh utile

81 €/tonne, soit environ 2,2 €/kWh

Bûches Bois de coupe.

– 40 g de CO2 émis pour 1 kWh utile
– 0,08 kWh d’énergie non renouvelable consommée pour 1 kWh utile

57 €/stère, soit environ
2,9 €/kWh pour des bûches 50 cm.
Granulés de bois en sac Sciures récupérées et comprimées.

– 33 g de CO2 émis pour 1 kWh utile
– 0,18 kWh d’énergie non renouvelable consommée pour 1 kWh utile

264 €/tonne, soit environ 5,7 €/kWh.

 

Pourquoi privilégier le bois certifié PEFC ?

La marque PEFC garantit que le produit certifié contient du bois issu de forêts gérées durablement. C’est aussi la preuve qu’il a été fabriqué dans le respect des cahiers des charges PEFC (exigences de gestion forestière durable pour la production, l’exploitation et la transformation du bois) tout au long de la chaîne de production. La certification PEFC vise à maintenir la biodiversité des forêts, leur capacité de régénération, ainsi que leurs fonctions écologiques, économiques et sociales. PEFC donne un réel pouvoir de décision aux consommateurs qui souhaitent consommer de façon responsable. Avec 232 millions d’hectares de forêts certifiés PEFC dans le monde, l’offre de combustibles bois certifiés PEFC est importante. Avec un peu d’attention, vous remarquerez le logo PEFC sur de nombreux produits bois, et même sur le papier !

 

Une offre importante

Avec un tiers des forêts françaises certifiées et une présence dans 35 pays, l’offre de bois certifié PEFC est une réalité ! En France, le chauffage au bois est un secteur industriel dynamique, comptant environ 60 000 emplois, et réparti sur l’ensemble du territoire.

 

Le stockage du bois et l’entretien des appareils au cœur des performances

Le bois (bûches, granulés et plaquettes) doit être brûlé sec : le bois sec prêt à l’emploi produit deux fois plus d’énergie que le bois fraîchement coupé. L’approvisionnement et le stockage du bois sont donc très importants. Il est aussi primordial d’entretenir l’appareil selon les préconisations du fabricant et d’en faire ramoner le conduit deux fois par an. (Source : ADEME)

Les entreprises et les collectivités ne sont pas en reste et se tournent elles aussi vers le bois-énergie.